« On a toujours plus de ressources qu’on ne le pense »

QUESTIONNAIRE D’EXPEDITION – Comment vivent-ils? Que ressentent-ils ? Les membres de Mission Scoresby se sont prêté au jeu du questionnaire d’expédition. Ils ont bien voulu évoquer cette vie hors normes en 10 questions/réponses. Ou plus…

On continue avec Gaëlle Joubert, originaire de Grenoble. Ingénieure en informatique embarqué, fraîchement diplômée de l’Esisar, elle participe à l’expédition pour réaliser des mesures sonores sous-marines pour le compte de la chaire Chorus Grenoble INP. Avec son hydrophone, elle enregistre notamment les craquements d’icebergs. Quand elle ne plonge pas sous un lac son drôle d’engin, cette athlète, entraîneur de trampoline, gambade d’un rocher à l’autre et répand derrière elle une joie de vivre communicative. Chef dans l’art de manier les réchauds, Gaëlle est aussi une inconditionnelle de la highline, une sangle tendue entre deux falaises. Car à 22 ans à peine, elle sait prendre de la hauteur.
Derrière des lunettes colorées et un large sourire, elle bien voulu répondre à nos questions. Brièvement. Bel effort pour une incorrigible bavarde.

Quel est ton moment préféré dans ta journée d’expédition?
L’heure du repas (rires). Plus sérieusement, quand je sors de ma tente et que je pose les yeux sur ces montagnes grandioses qui nous entourent.

Que cherchais-tu en venant ici?
L’Aventure.

photo2_moulin Gaëlle qui s’enfonce dans un moulin : un puis creusé par les eaux de fonte sur le glacier.

Quel est ton meilleur souvenir d’expédition?
A l’heure actuelle (nb: milieu de l’expédition), la descente en rafting d’une bédière (un torrent glaciaire). C’était sur le glacier Edward Bailey. Magique.

Le pire?
Un des premiers portages sur le glacier. J’avais alors un sac de plus de 20 kg sur le dos, on ne connaissait pas encore vraiment le chemin efficace à travers les glaciers et moraines. On a mis 6h30 pour faire 8km. Là j’ai vraiment souffert.

Ce que tu as appris depuis le début de l’expédition?
Beaucoup de choses sur mes limites personnelles. On a toujours plus de ressources qu’on ne le pense.

En un mot, comment tu qualifies le portage?
Une école.

Ce qui t’a surpris au Groenland?
Ces immenses montagnes rocheuses, ces pics qui ressemblent aux Ecrins. Quand on pense au Groenland, on imagine plutôt des étendues de glace à perte de vue.

Ce que tu rêves de voir encore?
Ma highline tendue entre deux falaises (rires).

Ton livre d’expédition?
« Ravages » et « La Nuit des temps » de Barjavel.

Ton lyophilisé préféré?
En salé, les pâtes au fromage. Mais le hachis parmentier est plus stratégique car plus volumineux. Et en sucré, le crumble par dessus tout.

Copyright © Evrard Wendenbaum 2014-2018