Plongée en apnée : les conseils de Laurent Marie

INTERVIEW – Laurent Marie, 36 ans, pompier professionnel à Brest, a rejoint l’équipe de Mission Scoresby dans sa quête des narvals. Son rôle ? Plonger en apnée dans une eau… très froide pour réaliser des images du cétacé. Il nous raconte.

1. Préparer le terrain
« On échange avec les Inuits car ce sont eux qui connaissent les secrets des animaux de l’Arctique. L’an dernier, à cette même époque, on a pu observer des narvals dans le Nunavut canadien. Dans ces fjords incroyables, on a vu passer sous nos yeux une centaine de narvals. La rencontre a été furtive. On a été à deux doigts de réaliser des images… »

image2 (12)

2. Bonne préparation physique
« La technique, c’est déjà une bonne préparation physique. Je vais plonger dans une eau qui varie entre -2 et 4 degrés. Il faut s’acclimater à la température, or le froid réduit nos capacités. Au fur et à mesure, il faut donc allonger les apnées. »

Laurent en apnée dans le grand nord. (Photo Laurent Marie) Laurent en apnée dans le grand nord. (Photo Laurent Marie)

3. La sécurité
« Il est très important de travailler en sécurité : plusieurs plongeurs sont donc mobilisés pour pouvoir se surveiller les uns les autres. Dans cet environnement extrême, les apnéistes peuvent descendre jusqu’à une trentaine de mètres maximum. Ces apnées peuvent durer de une à trois minutes. »

Laurent examine une radio d'antan dans la maison de Denmark Havn. (Photo Evrard Wendenbaum / Naturevolution) Laurent examine une radio d’antan dans la maison de Denmark Havn. (Photo Evrard Wendenbaum / Naturevolution)

Copyright © Evrard Wendenbaum 2014-2018