Les mondes perdus

Les mondes perdus sont des milieux naturels inexplorés, difficiles d’accès, spectaculaires et souvent inhospitaliers Des inselbergs et forêts les plus isolés du Congo aux plus hautes vallées de l’Himalaya, des récifs oubliés du Triangle de Corail aux fabuleux massifs karstiques de Patagonie, les expéditions Lost Worlds se dérouleront dans des milieux naturels uniques caractérisés par :

  • un accès difficile
  • une information scientifique inexistante ou très limitée
  • un potentiel de découvertes exceptionnel en termes de biodiversité et d’archéologie
le massif karstique de Matarombeo sur l’île de Sulawesi en Indonésie et le massif du Makay à Madagascar sont les deux sites sur lesquels nous avons pu travailler jusqu’à présent.
Nous mettons sur pied actuellement une expédition sur la péninsule du Renland sur la côte est du Groenland.
Les prochains sites ciblés seront dévoilés au fur et à mesure de l’avancée du projet.

Hotspots

les déserts et zones polaires – recèlent une faune et une flore également uniquesLa richesse en biodiversité est souvent associée aux zones tropicales et les massifs du Makay et de Matarombeo, situés respectivement à Madagascar et dans la Wallacea, en sont des exemples typiques.

Mais si elles ne présentent pas la même variété d’espèces, les déserts et les zones polaires recèlent une faune et une flore également uniques, et leur étude est essentielle pour comprendre le fonctionnement de l’écosystème planétaire. Par ailleurs, si les menaces qui pèsent sur elles sont moins visibles que la déforestation, la progression des monocultures et le trafic d’espèces sensibles, classiques en zone tropicale, les régions désertiques et polaires font face à d’autres enjeux que sont le braconnage, la chasse, l’ouverture de nouvelles routes maritimes, l’exploitation de ressources minières, d’hydrocarbures non conventionnels et le changement climatique. Autant de raisons d’œuvrer à leur conservation.

Copyright © Evrard Wendenbaum 2014-2017