Le massif du Makay

60 scientifiques, plus de 100 nouvelles espèces, plus de 600 peintures rupestres E n 2010 et 2011, Evrard Wendenbaum, avec Naturevolution, Canal+ et de nombreux autres partenaires, a mené 60 scientifiques dans le massif jusqu’alors pratiquement inexploré du Makay. Plus de 2 000 espèces ont été répertoriées dont plus de 100 nouvelles espèces pour la science. Les premières peintures rupestres de Madagascar y ont aussi été découvertes.

Le premier documentaire 3D d’aventure, un beau-livre et une exposition à la Cité des Sciences Outre ces résultats scientifiques exceptionnels, l’expédition Makay a donné lieu à la réalisation du premier documentaire 3D d’aventure (diffusé en prime time sur Canal+ fin 2011), l’édition d’un livre aux éditions de La Martinière et la création d’expositions notamment à la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris ainsi qu’à plus de 300 articles de presse, des passages TV et radios, des dizaines de conférences, etc.

Expédition Makay 2017 : cet été, sous l’égide de Naturevolution et de ses partenaires, les scientifiques retournent dans le Makay.

Découvrez le projet Makay en détails :

Le massif
Un contexte unique
Des menaces importantes
Une série d'expéditions
Des résultats inespérés
Makay 2017
Un labyrinthe de canyons inexplorés
le Makay est l’une des œuvres de la nature les plus monumentales qui soit

Massif de 150 x 50km, composé des produits de l’érosion d’immenses massifs de roches cristallines disparus il y a déjà plusieurs centaines de millions d’années, le Makay est l’une des œuvres de la nature les plus monumentales qui soit. Dans la mosaïque diversifiée des écosystèmes de Madagascar subsistent quelques zones très peu explorées, peu exploitée et à faible densité humaine, avec un fort potentiel en découvertes nouvelles. Le massif du Makay, figure parmi eux comme un emblème de Terra Incognita. Même à Madagascar, peu de gens connaissent l’existence de ce relief ruiniforme.

La vie s’est réfugiée et développée dans ces vallées de plusieurs centaines de mètres de profondeur en autarcie totale pendant des millions d’années

Ce massif de grès jaunes, situé dans le centre-ouest de l’île, présente de hauts plateaux encore couverts, pour partie, par de la forêt ou de la végétation arbustive/herbacée typique des milieux secs de l’ouest malgache. Une érosion démente a entaillé ces plateaux de centaines de canyons inextricables et profonds contenant une végétation de type humide qui rappellent les forêts sempervirentes de l’Est de Madagascar. La vie, y occupant toutes les niches écologiques possibles. Ces biotopes, si isolés, vierges de toute observation humaine ont permis à des groupes d’animaux et de végétaux ancestraux de se différencier au point d’enfanter de nouvelles espèces.

Un sanctuaire d’espèces parmi les plus curieuses de la planète

Le Makay est ainsi devenu un véritable coffre-fort de la nature, un sanctuaire d’espèces parmi les plus curieuses de la planète. Son isolement et les particularités de son relief a été jusqu’à récemment un frein pour la mise en application d’études scientifiques. Le Makay est resté inexploré jusqu’en 2010.

EWEXMKC4244

L’énigme malgache

Isolé du continent africain puis de l’Inde il y a respectivement ~120-150 et ~90 millions d’années, Madagascar suscite dans la communauté scientifique de nombreuses interrogations et particulièrement sur l’origine d’une partie de sa biodiversité actuelle.

Un des plus grands mystères de l’histoire naturelle de notre planète

En effet, plusieurs grandes lignées évolutives endémiques à Madagascar ont pour origine des vagues successives de colonisation -depuis le stock africain- pendant le cénozoïque (>65 millions d’années), c.-à.-d. bien après son isolement dans l’océan indien. Cependant, le canal du Mozambique large de 450 km, qui sépare l’Afrique de Madagascar d’une part, et l’orientation de ses courants de surface d’autre part, opposent une barrière infranchissable aux déplacements des animaux terrestres tels que les primates, carnivores ou rongeurs. Ce problème qui se formule en d’autres termes par « d’où, quand et comment ces animaux sont arrivés à Madagascar ? » a été qualifié d’un des plus grands mystères de l’histoire naturelle de notre planète.

EWEXMKC0797

Un écosystème en sursis
Des feux de brousse sont relevés régulièrement aux abords du massif mais aussi en son coeur dévastant ce que la nature a mis des millions d’années à créer

Avec une richesse biologique exceptionnelle mais une déforestation totalement incontrôlée (plus de 90% des forêts de Madagascar ont déjà disparu), Madagascar fait largement partie des hotspots de la planète. Le massif du Makay n’échappe pas à cette règle et si jusqu’ici, il a pu profiter de son relief inapproprié à l’Homme pour préserver ses trésors, la vertigineuse progression des feux de brousse que subit Madagascar ces dernières années menace tous les jours d’avantage sa survie. Des feux de brousse sont relevés régulièrement aux abords du massif mais aussi en son coeur dévastant ce que la nature a mis des millions d’années à créer.

Ses forêts sont malheureusement également très dégradées sous les effets :

  • de l’arrivée d’espèces invasives (zébus, potamochères, etc.)
  • de l’élevage extensif des zébus
  • du braconnage
  • des activités d’une compagnie pétrolière

EWEXMKB0047

Trois grandes expéditions scientifiques en 2010 et 2011
Deux premières expéditions en 2004 et 2007

Suite à une première exploration du massif en 2004, Evrard Wendenbaum a créé les premières cartes topographiques grâce à Google Earth grâce auxquelles il a ensuite réalisé la première traversée du massif en autonomie en 2007. Cette mission a permis de mettre au jour les premières grottes ornées de Madagascar ainsi que de nombreux tombeaux. Elle a également permis la découverte de nouvelles espèces de plantes et du potentiel de découverte de nouvelles espèces animales.

Les trois premières missions scientifiques jamais menées dans le Makay

En 2010 et 2011, Evrard Wendenbaum a alors lancé une série de 3 grandes expéditions scientifiques, les premières jamais menées dans le Makay. Celles-ci ont impliqué plus de 70 chercheurs pluridisciplinaires internationaux pendant 4 mois ainsi qu’une vingtaine de spécialistes des milieux difficiles d’accès pour assurer la sécurité. Une importante équipe de tournage a également été mobilisée pour réaliser le premier documentaire en 3D relief.

Une étude systématique de tous les biotopes du massif

Durant ces missions, un programme scientifique complet a été mené. Une étude systématique de tous les biotopes du massif d’abord, mais aussi les premières fouilles archéologiques dans le « Lascaux de Madagascar » ainsi qu’une étude anthropologique et ethnologique approfondie.

Un hélicoptère, un ballon à air chaud électrique, des bateaux pneumatiques ultra-légers et des systèmes sur corde

Des moyens exceptionnels ont été mis en oeuvre. Un hélicoptère a en effet permis de faire des repérages, de déplacer les équipes et le matériel ainsi que de réaliser les prises de vue aériennes. Un ballon à air chaud électrique a également été utilisé pour réaliser des collectes sur la canopée et faire d’autres prises de vue. Des bateaux pneumatiques ultra-légers ont été utilisés pour les progressions en milieu aquatique. Des systèmes sur corde ont été mis en place pour permettre aux chercheurs d’approcher certains des recoins les plus inaccessibles du massif.

Ces expéditions ont été menées avec un objectif commun aux expéditions Lost Worlds :

  • Améliorer la connaissance du vivant et de l’histoire du peuplement de Madagascar
  • Réaliser l’inventaire des organismes vivants et des trésors archéologiques du massif
  • Prouver la richesse exceptionnelle d’un des points les plus menacés du globe

Ceci dans le but d’obtenir rapidement le statut d’Aire Protégée et de pouvoir mener des opérations de sauvegarde adéquates.

EWEXMKC3496

Une réussite totale

Au niveau scientifique, ce sont notamment plus de 2000 espèces qui ont été recensées dont plus d’une centaine de nouvelles espèces. Plus de 600 peintures rupestres ont été recensées dans une dizaine de grottes ornées, les premières de Madagascar.

Le projet Makay a également bénéficié d’une large communication :
Le premier documentaire d’aventure en 3D Relief « Makay, les aventuriers du monde perdu », le premier documentaire d’aventure en 3D Relief (90 minutes) a été diffusé en primetime sur Canal+ le 14 décembre 2011 puis dans de très nombreux pays sur Discovery (UK), 3D NET (USA), BE TV (Belgique), Globosat (Brésil), Canal D (Canada), Sky 3D (Italie), NHK (Japon), Canal+ (Pologne), BR (Allemagne),…

Le film, vendu en DVD et BluRay a fait l’objet d’une tournée d’avant-premières en cinéma dans une dizaine de villes françaises ainsi que d’une tournée dans les festivals internationaux de film d’aventure et de science.

Des expositions, des conférences, un livre, des centaines d’articles

Un autre documentaire de 52 minutes réalisé par Evrard Wendenbaum et diffusée sur Planète+ en 2012 ainsi que sur Odisea (Espagne), SBS (Australie). Des reportages courts sur les découvertes scientifiques ainsi qu’une exposition ont été présentés à la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris pendant trois mois fin 2011. Un beau-livre « Makay, à la découverte du dernier éden » a été publié aux éditions de La Martinière. Des dizaines de conférences ont eu lieu dans des muséums, sur le réseau TED, mais aussi en cinémas, festivals…

Quelques exemples des retombées médiatiques du projet Makay :

TV et web vidéos

Télématin – France 2 – 20 décembre 2011 – Présentation du livre « Makay, à la découverte du dernier éden »
La Matinale – Canal+ – 14 décembre 2011
La Nouvelle Edition – Canal+ – 06 janvier 2012 – 12′ avec Evrard Wendenbaum et Philippe Bouchet
JT – Télé Grenoble – 06 décembre 2011 – Interview d’Evrard Wendenbaum
Grand Air– Télé Grenoble – 29 janvier 2012 – Interview de 15′ de Evrard Wendenbaum

Radio et web radio

« Les Aventuriers » sur France Info – Régis Picart – 2’13 »
« Le Makay : les aventuriers du monde perdu » – 10 décembre 2011 (télécharger)
[dewplayer:http://www.momentsdexpedition.com/wp-content/uploads/2011/12/20111210_FranceInfo_Les_Aventuriers.mp3] « La Tête au Carré » sur France Inter – Mathieu Vidard – 50’12 »
« Du muet à la 3D: Georges Méliès et le massif du Makay » – 14 décembre (télécharger)
[dewplayer:http://www.momentsdexpedition.com/wp-content/uploads/2011/12/20111214_FranceInter_Mathieu_Vidard_La_Tete_au_Carre.mp3]

Presse écrite et internet

Depuis 2009, il y a eu plus de 300 articles autour du projet Makay, en voici une sélection :
Le MondeLe savoir-vivre dans la jungle – 16 décembre 2011 (lire l’article)
Le FigaroLa fiancée était trop belle – 15 décembre 2011 (lire l’article)
Les EchosQuand les scientifiques se font aventuriers – 09 janvier 2012 (lire l’article)
Le Figaro MagazineSpécial Beaux-Livres – 10 décembre 2011 (lire l’article)
20minutes.fr«Makay», un documentaire en 3D sur une région inexplorée – 14 décembre 2011 (lire l’article)
Lexpress.frAvez-vous plongé dans le massif du Makay ? – 15 décembre 2011 (lire l’article)
Ambiance Indiana Jones dans le massif du Makay, Madagascar Ambiance Indiana Jones dans le massif du Makay, Madagascar

Makay 2017 : Les Scientifiques retournent dans le Makay
Une nouvelle mission scientifique transdisciplinaire célèbre 10 ans d’implication dans le Makay

A l’été 2017, exactement dix ans après la première traversée du Makay par Evrard Wendenbaum, Naturevolution mène une nouvelle mission scientifique au coeur du massif. Si beaucoup – le mot est faible – reste encore à découvrir, le massif et ses canyons ne sont plus totalement inconnus. Cela permet aux chercheurs qui y retournent de mieux cibler leurs projets, et de mener des recherches utiles à la conservation de la Nouvelle Aire Protégée du Makay, créée en 2015.

Des projets de recherche ciblés, la poursuite de l’inventaire de la biodiversité, un suivi des populations de lémuriens

Une quinzaine de scientifiques travaillera sur des projets aussi variés que : le suivi exhaustif des populations de lémuriens et une étude de leur comportement ; un inventaire des espèces de fougères du Makay et des transects sur les parois des canyons pour dresser des inventaires verticaux ; les premières tentatives de capturer des images des fossas (Eupléridés, aka féliformes) ; la poursuite de l’inventaire des oiseaux et insectes ; la recherche de nouveaux sites archéologiques ; etc.

Une mission scientifique participative réunissant chercheurs, étudiants et de nombreux volontaires

Pour la première fois, Naturevolution emmène sur une expédition scientifique de nombreux écovolontaires, attirés par la perspective de contribuer à des projets de recherche, d’aider à la conservation du Makay et de vivre le temps d’une aventure dans une nature grandiose et reculée. Cette force de bonne volonté va surtout permettre de réaliser sur trois camps de base des projets de comptage et de suivi dans les principales zones forestières du Makay, notamment des lémuriens et des arbres de Canarium pouvant éventuellement donner lieu à une exploitation raisonnées par et pour les villageois.

Une expédition Naturevolution, avec le concours de La Société des Jeunes Aventuriers, NatExplorers, de l’illustratrice Aurélie Calmet et du youtubeur Dirty Biology

L’expédition Makay 2017 est une entreprise avant tout collective : sous l’égide de Naturevolution, plusieurs acteurs vont contribuer à faire de cette expédition collaborative une réussite. La Société des Jeunes Aventuriers réunit 5 étudiants motivés du Museum d’Histoire Naturelle de Paris qui sont des moteurs de l’expédition et de ses projets de recherche ; NatExplorers, forts de leurs explorations dans les forêts d’Amérique Centrale et de leurs talents en communication sauront filmer et faire raconter aux chercheurs leur passion ; Aurélie ‘Auka’ Calmet, l’illustratrice habituée des missions de Naturevolution amenera pour la première fois ses carnets et ses pinceaux dans le Makay ; le youtubeur Dirty Biology amenera son regard décalé et déjanté sur la mission, le Makay et nos actions… une fine équipe qui promet !

> En savoir plus sur la mission Makay 2017 et suivre son journal de bord


Chercheurs dans le Massif du Makay

Copyright © Evrard Wendenbaum 2014-2017